05 Juin

du 5 au 18 juin Exposition René Beudart

 

Un homme qui conjugue peinture, plaisir et : passion.
Portrait d'un artiste debout : Il se passe quelque chose d'étrange quand on regarde la peinture de René Beudart. On entre dans la toile comme ça, en douce, retrouvant au détour d'un chemin, un paysage que l'on portait en soi depuis longtemps. Depuis, l'enfance, peut-être, au temps de ces étés d'insouciance où l'on buvait l'air bleu comme on s'abreuve à une source ! Quel drôle de sentiment que celui de cette paix qui se glisse dans un cœur souvent malmené, le nôtre, un peu inquiet, un peu apeuré de se lancer tout à fait dans l'aventure mouvante de la vie. La tranquillité que l'on lit dans ces garrigues, dans ces sentiers oubliés qui s'enfoncent dans une forêt des Cévennes, les lavandes qui se courbent avec douceur sur le plateau de Sault en Vaucluse, n'est pas une tranquillité qui vient d'un repli sur soi, elle est alimentée au contraire de toutes les espérances, de la sagesse de ce singulier bonhomme. La peinture de René Beudart est devenue avec le temps une forme de philosophie qui marie avec allégresse, le plaisir la passion et la paix intérieure. Parfois, il emporte son chevalet tels les impressionnistes qui sont ses inspirateurs, pour capter la lumière, les changements de couleurs. Parfois il saisit son objectif pour marquer la pellicule de son regard tendre et acéré de peintre. Ensuite, debout dans l'atelier, il jette les cailloux et les herbes folles des sentes sauvages, sur la toile, il pourfend les ciels bleus de Provence de son couteau pour en tirer des harmonies mauves et roses d'un soir. Derrière la peinture, on sent la main d'un homme qui connaît la construction de l'espace. Passionné par le dessin, il choisit de suivre tout jeune, un atelier aux Beaux Arts. Lui qui n'ai­ mait pas l'école, se sent attiré par les libertés de créer des perspectives. A quinze ans, i! s'adonne même aux cours d'architecture avant de s'engager plus tard dans l'ébénisterie. Mais comme la vie est une pédagogue fantasque, ce n'est pas là qu'il fera carrière. Ce n'est que plus tard, suite à deux évènements marquants - un voyage au Japon et une exposition person­ nelle en Belgique, qu'encouragés par des peintres - Ta ka, Gauffrès..., qu'il décide de s'engager à plein temps dans la peinture. «Si les choses ont commencé dans le défi, elles ont continué dans le plaisir infini. Se dépasser, aller encore plus loin, évoluer, toujours apprendre ...» Martine BRES

beudart.jpg


Retour à l'accueil

Scroll